Skip to content. | Skip to navigation

Personal tools

This is SunRain Plone Theme

Navigation

You are here: Home / LES PERSONNES / Naegele / Naegele, Caroline Georgine Françoise Bernardine

Naegele, Caroline Georgine Françoise Bernardine

Caroline Georgine Françoise Bernardine Naegele, née Strecker, 7 mai 1796 - 19 mars 1880 *** Fille de Jules Henry Guillaume Strecker et de Jeanne Henriette née Lanteires *** Epouse de Clément Naegele *** Née à Nyon, décédée à Bulle

Charades, Enigmes et Logogriphes

Caroline STRECKER tient un cahier de Charades, Enigmes et Logogriphes.

Consulter le cahier de Charades

Mélanges

Elle a rédigé un cahier de Mélanges datés de 1809.

Consulter le cahier de Mélanges

Dessins

Elle laisse aussi de très beaux dessins au crayon.

Consulter les dessins

Album

Album original chez Béatrice et Michel Gavin, Winterthur; précédemment propriété de Suzanne Mantelet. Photographies par Michel Gavin.

Cet album contient au moins 102 billets. Il mesure 17 x 10 cm.

  • manquent les billets 6 et 19
  • manquent les billets 24 et 32
  • manquent les billets 41 et 59
  • manquent le billet 61
  • manque le billet 88

Consulter l'album

Notes rédigées par Michel Gavin:

L'album de Caroline Georgine Naegele - Strecker va des années 1814, année ou elle est partie pour la Hollande comme professeur de français (probablement) pour des jeunes filles de bonne famille, jusqu'à 1855. Ce recueil contient au moins 102 billets simples, doubles, triples ou même quadruples, la plupart venant de ses élèves (en un excellent français), de nombreuses miniatures et un certain nombre de billets ayant une valeur particulière pour notre famille, car provenant de nos ancêtres. Par exemple un petit billet touchant (01) de son papa Jules Strecker (sans indication de prénom), âgé puisque sa main tremble : « Ne doute pas de mon amitié que j’ai pour toi, elle finira avec la mort, que je désire encore éloignée, pour avoir le plaisir de te serrer sur mon cœur ». De sa maman (Jeanne Henriette), une pensée tragique, probablement pas de sa main (02) : « Derniers souhaits de la plus tendre des mères.

O Dieu jusqu’en ton sein, je t’offre une prière,
Pour l’enfant qui me perd lorsqu’il ouvre les yeux,
Sur la terre un moment puisque je fus sa mère,
Fais que je sois toujours son ange dans les Cieux «

De sa sœur Henriette, un dessin (08) d’une vanne (pourquoi une vanne ?) et d’Anna (Anne Gervaise, 09), un billet d’une très jolie écriture bien mûre et signé « sa fidèle sœur » (avec une jolie aquarelle non signée qui pourrait aussi être de Nelly Meüsel), au moment de quitter la Suisse pour la Hollande, et de Louise-Charlotte (13, femme de Marcel, d’une autre jolie écriture) ou ce billet (05) d’une sœur non identifiée et signée bizarrement : ta dévouée : Marcel Strecker) et, en un parfait français, de Clément Naegele (92) de St. Blaise en Forêt Noire (Sankt Blasien) : » Je vous quitte avec regret, ma chère, ma tendre et bien Aimée Caroline, mais ce ne sera pas pour longtems si vous saviez combien vous êtes chérie », ou d’autres prétendants allemands (94) « Que sous chacun de vos pas fleurisse une vallée de fleurs les plus belles, et veuillez, je vous prie, y cueillir pour moi, une jolie germandrée » .

Leçons de fleurs

C'est un cahier cousu, avec une couverture et 20 feuillets, dont 21 pages écrites. Dimension: 16 x 19.5 cm. Le cahier est difficile à lire: écriture très petite, souvent pâle. La page de titre porte: "Leçons de fleurs méthode Colbert de Genève, prises en 1814 par C. Strecker". Il s'agit uniquement d'explications, il n'y a aucune illustration. La méthode enseigne comment faire des fleurs artificielles avec différents matériaux (papier, taftas [sic], fil de fer, etc.).

Consulter le cahier.

 

Enigmes et charades

Ce cahier se trouve en annexe des "Leçons de fleurs". Il n'a pas de couverture, pas de titre, pas de date. Il contient 8 feuillets, en tout 13 pages écrites. Dimensions: 16.5 x 20.5 cm. Il commence par une page "Chers parents...".

Les premières pages contiennent des énigmes, puis on trouve 41 charades.

Le cahier est difficile à lire: écriture très petite, souvent pâle.

Consulter le cahier.


Tableau brodé

Tableau encadré, 32,5 x 26 cm (y c. cadre). Au verso, on lit: 26 avril 1811 Caroline. Caroline avait donc 15 ans quand elle a brodé ce tableau. On peut imaginer qu'elle a fait elle-même le motif, et la broderie. Les inscriptions au dos sont difficiles à interpréter. On repère les mots: Pensez quelquefois à, Frauduleusement, Perpétuellement occupé,

 

Tableau brodé
Tableau brodé

 

Tableau brodé-dos
Tableau brodé, dos

 

Mariage

Caroline Georgine ne s’est probablement pas mariée avant 40 ans puisque sa fille Clémentine est née en 1839 lorsqu’elle avait 47 ans ! (née probablement en 1792).

Document Actions